Les Amis de la Tour

Commune de feusines

 Mairie FEUSINES 36160
Le Bourg
36160 FEUSINES
Telephone : 0254314002

[JPG] feusines_eglisePetite commune rurale de 194 habitants, située à l’ouest du massif Central, préfigure déjà les paysages des premiers contreforts de l’Auvergne.

Feusines est situé dans les collines du Boischaut sud à 314 mètres d’altitude à la limite du socle primaire du Massif centre et des grès du Trias sur lesquels étaient planté un vignoble dépendant du VDQS de Chateaumeillant et dont il ne reste aujourd’hui que peu de parcelles.

La commune de Feusines semble tirer son nom d’un riche propriétaire romain nommé Feusinus. D’ailleurs, la légende locale parlerait d’un lieu-dit le Palais dont un chapiteau gallo romain incorporé dans le mur sud de l’église serait vestige.

.

[JPG] feusines_lavoirUn ancien lavoir et sa fontaine dédiés à Saint-Pierre sont visibles à environ 200 mètres du départ des différents circuits. L’eau n’a pas vertu particulière. Le culte de Saint Pierre a été remplacé par celui de Sainte-Agathe et de Saint-Fiacre, considérés comme les patrons du pays.

Selon les habitants de la commune, « un saint serait dans la fontaine », autrement dit une statuette. On se raconte également de génération en génération qu’un souterrain déboucherait près de la source. La photo ci-contre présente le lavoir de la Brousse.

Une grande partie des terres situées autour du bourg dépendant autrefois des seigneurs de la Motte-Feuilly. D’ailleurs, on dit que Charlotte d’Albray aimait se promener sur ses terres des landes de Feusines.

[JPG] feusines_eglise_autreL’église datant des douzième et quinzième siècles et remaniée au dix neuvième siècle est dédiée à Saint-pierre. Elle dépendait autrefois de l’archevéché de Bourges et relevait de la paroisse de Sainte-Sévère. A l’intérieur de l’édifice se trouve un autel polychrome du dix septième siècle inscrit à l’inventaire supplémentaire des Monuments historiques.

Sa nef fortement restaurée est recouverte d’un berceau de bois, mais on y distingue deux fenêtres primitives en plein centre très haut placées, l’une dans le mur de la façade, l’autre au sud, toutes les deux aveuglées.

Les portions de murs soutenus par 2 contreforts intérieurs limitent cette nef à l’est et entre elles une arcade, reprise en arc segmentaire, la fait communiquer directement avec le chœur. Celui-ci n’a pas échappé aux réfections. Son berceau brisé est de plâtre, et son unique fenêtre témoigne de sa restauration. Cependant, son mur sud, tout du moins, est ancien car on y voit une arcature en plein cintre montée sur des pilastres aux chapiteaux romans. Ils sont décorés de masques archaïques. L’un d’eux a ses bords agrémentés d’une cordelière qui forme astragale et reparaît sur la corbeille en y traçant des motifs triangulaires. Un mur droit ferme le sanctuaire.

Les restaurateurs ont-ils respecté le plan primitif ? S’il en est ainsi, l’utilité des contreforts intérieurs qui épaulent le mur séparant le nef et le chœur ne s’explique guère, car ils évoquent le butement d’une coupole, et aucune trace de transept n’apparaît. Ajoutons qu’une chapelle élevée au 15 ou 16ème siècle au sud du sanctuaire a été transformée en sacristie.

A l’extérieur, la façade est sans intérêt mais sur l’évaluation latérale nord on voit encore une corniche dont la tablette droite est soutenue par des modillons à copeaux ou autres décors romans.

Le clocher couvert de bardeaux est placé sur la nef étayée par des contreforts à glacis. Sur la souche de l’un on a réemployé une pierre ornée de feuillage.Sous l’autel actuel en bois, dont j’ai parlé précédemment, existe toujours l’ancien autel St Pierre.Des peintures murales décoraient autrefois le sanctuaire. On y voyait paraît-il , le jugement de Salomon. Elles ont entièrement disparues, peut-être enfouies sous l’enduit plâtre actuel.

En 1603, année du 1er registre paroissial, le curé de Feusines avait procédé à 11 baptêmes, on naissait beaucoup plus qu’aujourd’hui dans notre commune.

Le cimetière qui, comme pratiquement dans toutes les communes de notre région, jouxtait l’église avait été translaté en 1885-1886 et le nivellement des abords de l’église n’avait été effectué qu’en 1896 pour un montant de 200 Francs.

Les pierres de l’ancien mur du cimetière avaient été mises en vente aux enchères.Une visite aux deux cloches existantes, de par les inscriptions portées sur celles-ci, fait apparaître qu’elles ont été fondues par Monsieur Chambon, fondeur à Montargis.

Bénies en 1902 par Pierre Savinien, curé Doyen de Ste Sévère avec Louis Landureau, curé de Feusines.L’une porte le nom de Agathe Alexandrine Aimée, a eu pour parrain : Aimée Pierre Desabres et pour marraine : Alexandrine Ernestine Piolet.L’autre a pour nom Jeanne Marie Alexandre, son parrain était Alexandre Beugnet et sa marraine Marie Sévère Jamet.Cette bénédiction a été faite en présence de Monsieur Nicolas Desabres, Maire de Feusines.

[JPG] feusines_placeLa commune de Feusines fait partie du périmètre d’appellation du vignoble V .D.Q.S. de Chateaumeillant.

Notre environnement a conservé des paysages empreints de calme et de sérénité, dans une nature demeurée intacte

HEBERGEMENTS A FEUSINES

Feusines a 5km:
La Brande Chambre d'Hotes Mme Saget 0254306941
La Couarde Service Reservations Gites de France 0254275861
La Lande Mr Descout 0254314207
(c) Les Amis De La Tour - 2008 P.bourgeois