Les Amis de la Tour

[JPG] porte chapelle du Saint Esprit

 Porte de la chapelle du Saint-Esprit

     Roger Palestel, seigneur de Sainte-Sévère, fonda vers 1200 un petit hôpital (établissement de charité recueillant pour des périodes plus ou moins longues pauvres, voyageurs et malades), au pied de la ville. Il dota assez richement ce nouvel établissement, en 1206, et en confia la gestion à l'ordre des Hospitaliers du Saint-Esprit.

     L'hôpital fut alors placé sous la dépendance de l'hôpital de Dijon, qui institua à la tête de celui de Sainte-Sévère un de ses frères appelé "recteur", et plus tard "commandeur". L'hôpital possédait plusieurs biens autour de la ville, dont deux chapelles et une résidence pour le commandeur. Assez largement délaissé dès le 17e siècle, l'hôpital était fortement ruiné à la Révolution, lorsqu'il fut vendu parmi les biens nationaux.

     De cet hôpital, il demeure aujourd'hui plusieurs noms de lieux (dont la rue du Saint-Esprit et les terriers du même nom), ainsi qu'une petite porte paraissant remonter au 16e siècle, marquant aujourd'hui l'entrée d'un jardin, en bordure de rue. Il s'agit vraisemblablement de la porte de l'ancienne chapelle du Saint-Esprit, voisine de l'hôpital. Celui-ci ayant subi des destructions au cours de la première moitié du 15e siècle, il est fort probable que cette porte constitue le principal vestige des bâtiments réédifiés après cette date. Cette porte, qui a été déplacée, se trouve face à la fontaine Saint-Eutrope, étape du traditionnel pélerinage de Sainte-Sévère.


[JPG] photo fontaine Saint-EutropeFontaine Saint-Eutrope

     La fontaine Saint-Eutrope, au débit modeste, tire son nom de ce martyr, premier évêque de Saintes au 3e ou 4e siècle, dont l'existence est très mal connue. Il est difficile d'expliquer pourquoi les sévérois ont voué un culte particulier à ce saint relativement secondaire. Son rayonnement semble toutefois avoir été assez grand dans l'ouest de la France au Moyen-Age. A noter que ce saint est parfois associé à une source ou fontaine.

     La "fontaine Margé" (Fons Margeus) mentionnée dans les textes à partir du 13e siècle, et à proximité de laquelle se situait l'hôpital du Saint-Esprit, ne semble pas correspondre à celle-ci. Il est probable qu'il s'agisse d'une autre fontaine, située à proximité.

 


[JPG] le chateau_actuelLe château moderne de Sainte-Sévère

     Le château moderne, dont la construction fut d'abord projetée sur la motte, a été édifié par Pierre-Michel de Brosse, baron de Sainte-Sévère, dans les années 1770. Il ne comportait à l'origine que le corps de logis central. Ce n'est que plus tardivement, au cours du 19e siècle, que la famille de Villaines fit adjoindre deux vastes ailes à ce bâtiment, et fit remplacer les ballustrades qui les couronnaient par des toitures en ardoises. Vendu à une congrégation religieuse en 1936, le château héberge aujourd'hui la maison de retraite Le Castel.

     Le château, de belle qualité, reprend une symétrie régulière et sobre. On remarquera en façade les cartouches aux armes des membres de la famille de Villaines, officiers dans l'armée. Le château était complété par un vaste parc, qui descendait dans les pentes jusqu'à l'Indre, et que George Sand jugeait être "une promenade admirable". Une partie de ce parc ayant été lotie, et l'autre délaissée, il demeure aujourd'hui principalement la terrasse ombragée dominant la vallée de l'Indre, qui offre un vaste panorama sur la région environnante.

(c) Les Amis De La Tour - 2008 P.bourgeois